Canada : être Prof stagiaire en Alliance Française.

canada-stage

 

Si vous avez lu mes articles de ces dernières semaines, vous avez alors lu quelques articles canadiens, notamment sur la ville d’Halifax et la province de la Nouvelle Ecosse (si vous ne les avez pas lus, c’est le moment d’y remédier!). J’ai mentionné dans ces articles que si j’étais au Canada, de Janvier à Juillet 2012, c’était pour mon stage de deuxième année de Master dans l’enseignement du Français Langue Etrangère. Pour ce stage, j’ai eu la grande chance de travailler dans une Alliance Française canadienne en tant que Prof pendant 6 mois.

 

Mais au fait, l’Alliance Française : kezako???

L’Alliance Française est une organisation qui a pour but de promouvoir la langue et la culture françaises, et elle est présente dans de très nombreux pays, sur tous les continents, y compris en France.

Certaines Alliances restent des petites associations sans locaux, avec juste quelques amoureux de la francoponie et de notre cher pays qui organisent des événements culturels.

Mais la plupart des Alliances Françaises possèdent des locaux et proposent aussi des événements culturels, mais aussi et surtout, elles offrent des cours de français pour les gens qui n’ont pas le français comme langue maternelle, cours de FLE donc.

Certaines Alliances sont de taille disons moyenne, comme celle de Toulouse (en pleine Place du Capitole). Ou encore celle où j’ai fait mon stage au Canada (environ une dizaine de professeurs de FLE + une équipe administrative).

Mais vous avez également des Alliances Françaises qui sont de très grands centres ou écoles, comme l’Alliance Française de Paris.

 

La recherche de stage :

J’ai presque toujours trouvé mes jobs en tant que Prof par candidature spontanée, y compris celui-ci, les annonces officielles étant peu nombreuses et prises d’assaut. Une trentaine de CV envoyés à travers le monde, et cette Alliance canadienne qui me contacte et me propose un entretien sur Skype. Tout se passe bien, et quelques jours plus tard, je reçois un email m’annonçant que je suis prise : yihaaaaaa !!!!

 

Les préparatifs avant le départ :

C’est là que ça se complique… J’ai cru que la paperasse administrative allait m’empêcher de partir au Canada!

L’Alliance m’avait envoyé les papiers nécessaires pour faire ma demande de Visa de travail / stage, et j’ai également dû joindre de nombeux autres documents pour ce visa : pré-convention et convention de stage, contrat de travail fourni par l’Alliance, preuve de fonds suffisants fournie par ma banque, des tonnes et des tonnes de papiers à remplir via le site de l’immigration canadienne, assurance internationale, et probablement d’autres documents dont je ne me souviens plus… On imprime tout (environ 50 pages au total) et on envoie tout en recommandé à Paris! J’ai stressé comme une malade pendant des semaines parce que l’ambassade du Canada à Paris ne m’a jamais envoyée d’accusé de réception de mon dossier alors qu’ils auraient dû, j’ai cru pendant un bon moment que la poste avait perdu mon courrier… (imprimez toujours tout votre dossier en double pour en avoir une copie, on ne sait jamais!!!) Heureusement, j’ai finalement reçu mon visa par email dix jours avant mon départ : hallelujia!!!!

Ajoutez à la demande de Visa les autres formalités administratives. En premier : faire des demandes de bourses de stage, vous avez deux options : via le service des relations internationales de votre fac (bourse refusée dans mon cas) ou via le Conseil régional de votre région (acceptée, oh yeahhhh!!!). Mais aussi obtenir une assurance voyages internationale (obtenue cette fois-là grâce à la sécurité sociale étudiante).

Et puis dans mon cas, comme si ce n’était pas assez, je devais préparer mon départ dans l’optique que je n’allais pas réaménager en France après mon stage, ce qui veut dire : lâcher mon appart toulousain, vendre mes meubles, faire le tri dans mes affaires, stocker ce que j’ai gardé chez mes parents…

Et tout ceci pendant mon premier semestre de deuxième année de Master, qui fut un semestre particulièrement chargé : plus d’une vingtaine d’heures de cours à la fac par semaine, des babysittings tous les soirs donc au total une dizaine d’heures, des cours d’anglais que je donnais les weekends, des partiels à bosser, des tas de dossiers pour les examens en contrôle continu à écrire, une vie sociale à maintenir. Bref, ce semestre à la fac, le dernier que j’y ai passé, je m’en souviens encore, ce fut un incroyable marathon!!!!

 

L’arrivée à Halifax :

Logement fourni pendant les premières semaines en attendant de trouver un appart (j’ai trouvé mon appart en coloc avec une canadienne via le site Kijiji, qui est le Bon coin canadien), téléphone portable canadien à obtenir, ouverture d’un compte en banque… Pas besoin dans mon cas de m’occuper de taxes impôts et autres horreurs du genre du fait que j’étais en stage non rémunéré (avec quand même une petite indemnité tous les mois en plus de mes bourses).

 

Mes missions pendant mon stage :

Bon, et sinon concrètement pendant mon stage, j’ai fait quoi?

Ma mission principale : donner des cours de FLE aux canadiens (anglophones dans cette région du Canada), adultes pour la majorité, adolescents dans certains cas. Et bien entendu préparer les cours. Je donnais moins de cours que mes collègues titulaires, et j’ai été régulièrement observée par d’autres profs qui me donnaient un retour sur mes classes. Et j’ai aussi observé régulièrement mes collègues.

Mais en tant que stagiaire, j’étais prête à faire également des tâches administratives pour me former le plus possible. J’ai donc donné un coup de main dans la Librairie de l’Alliance avec le catalogage, c’est-à-dire enregistrer tous les livres dans la base de données informatique de l’Alliance. J’ai également participé à la rédaction de la Newsletter de l’Alliance. Et j’ai aussi été traductrice anglais-français.

Sans oublier le fameux Mémoire de Stage de Master à rédiger (et faire les recherches qui vont avec, ça va de soi ^^). Deux mois après la fin de mon stage, j’ai rendu mon pavé de 130 pages à ma fac toulousaine, passé ma soutenance, décroché une mention et mon diplôme!!!!! Sur cette bonne note, adios la vie étudiante!!!

 

En résumé :

Ce fut une expérience très riche!!! J’ai eu des missions très variées et j’ai été très bien formée et encadrée! L’équipe était sympa et les élèves motivés.

A mon retour en France, j’ai pu constater que les autres étudiants de ma promotion de Master, qui avaient fait leur stage dans d’autres structures et/ou dans d’autres pays n’étaient pas de retour en France aussi satisfaits par leur expérience de stage que je ne l’étais…

 

Et vous? Est ce que vous avez déjà travaillé en Alliance Française, au Canada ou ailleurs? Racontez moi vos expériences!!!

Publicités

4 réflexions sur “Canada : être Prof stagiaire en Alliance Française.

  1. Ca semblait être une super expérience ! pour mon stage de M2, j’avais postulé à Calgary et décroché un entretien Skype, mais finalement j’avais une piste sérieuse en Allemagne et j’ai décommandé Calgary. A côté de ça j’avais envoyé une candidature spontanée à Halifax (je rêve de la Nouvelle Ecosse depuis longtemps), sans réponse de leur part. Déception ! Surtout avec le retour positif que tu en donnes.
    Et du coup, je connais bien le Québec pour y avoir étudié, mais le Canada anglophone toujours pas !
    Aurais-tu aimé retravailler au Canada ? ça doit te sembler bien loin, maintenant que tu es installée en Australie 😉

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton commentaire Alexandra!!!

      Oui le Canada était une experience vraiment super!!!! tant au niveau professionnel que personnel et touristique! Par contre je ne suis pas sure que l’AF de Halifax continue à prendre des stagiaires… Et même si je suis en Australie et que j’adore, oui j’aimerais vraiment retourner au Canada, j’ai à peine découvert le Quebec et j’aimerais vraiment aller de l’Ontario à l’Ile de Vancouver en road trip!!!!!

      J'aime

      • Ahah je crois qu’une fois qu’on a mis le pied au Canada (peu importe la province), ce pays ne nous sort jamais de la tête ! Comme toi, j’aimerais beaucoup aller de la Colombie Britannique à l’Ontario (ou inversement) et vraiment, vraiment, vraiment découvrir Halifax et la Nouvelle-Ecosse.
        En tout cas, le Québec ne peut que te plaire ! Il y a mille coins sympas, Montréal et Québec sont uniques, les gens sont ouverts et leur accent ne peut que les rendre encore plus chaleureux ! Bref, on s’y sent bien.

        Alexandra (je suis connectée depuis mon nouveau blog, sur le FLE lui aussi !)

        Aimé par 1 personne

  2. aahhhh un autre blog FLE, trop bien je vais aller voir ca!!!
    Et Quebec ❤ j'y avais passé un long weekend et j'avais adoré! je n'ai pas eu le temps d'aller jusqu'à Montreal par contre, et de l'Australie pour des vacances ca fait loin helas….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s