Etre Prof de FLE en France.

 

toulouse

En juin 2014, je revenais en France après deux ans et demi d’expatriation (Canada, Angleterre et Australie), et très rapidement, je signais un contrat en CDD pour travailler comme prof de FLE à Toulouse.

 

L’annonce de cette nouvelle en a surpris plus d’un et j’ai eu droit à de nombreuses questions du genre :

“ Ah mais tu peux enseigner en France?”

“ Attends mais depuis quand tu as un CAPES?”

“ Comment tu peux trouver un boulot de prof maintenant en juin alors que les vacances d’été sont sur le point de commencer?”

 

Si vous avez lu l’article dédié à mon parcours de prof, vous savez que je suis prof de FLE (Français Langue Etrangère) et que de ce fait j’enseigne le français aux étrangers, très souvent dans leur pays d’origine, où je m’expatrie. J’ai un Master, mais je n’ai pas passé de concours et je ne dépends donc pas de l’Education Nationale. J’ai obtenu la majorité de mes postes par candidatures spontanées.

Prof de FLE est un métier top si vous souhaitez travailler à l’étranger. Mais c’est aussi un métier que vous pouvez tout à fait pratiquer en France! Beh oui, en France il y a un paquet d’étrangers, de passage ou installés, et qui peuvent très bien prendre des cours de français!

 

Pendant mon CDD à Toulouse, j’ai travaillé dans une école privée où les élèves étaient des adultes ou adolescents. Les adolescents venaient dans le cadre de séjours linguistiques. Pour les adultes, certains étaient de passage en France, surtout pendant la période estivale pour des vacances, et apprenaient le français pour le plaisir. D’autres étaient de passage mais avaient besoin d’apprendre le français pour leur travail dans leur pays d’origine, quelques uns étaient envoyés par leur patron de leur pays d’origine. Il y en avait aussi installés en France et qui souhaitaient prendre des cours pour mieux s’intégrer. En étant à Toulouse, nous avions également quelques employés d’Airbus.

Concernant mon emploi du temps : rien à voir avec celui d’un prof de l’Education Nationale (environ 15 heures par semaine, je crois…). Je donnais des cours tous les matins de 9 heures à 13 heures, ce qui m’assurait déjà 20 heures de cours par semaine. Il s’agissait de cours de groupe, et j’avais le même groupe toute la semaine, et souvent plusieurs semaines à la suite, je finissais donc par bien connaître mes élèves, dont la plupart avaient grosso modo le même âge que moi. J’avais également 2 cours du soir de 2 heures chacun, donc 4 heures de cours en plus assurées dans la semaine (ça fait donc maintenant 24 heures de cours par semaine). Je faisais aussi en supplément des ateliers culturels de temps en temps, ainsi que des cours particuliers certains après-midi… Certaines semaines, j’avais donc… environ 30 heures de cours par semaine!!! Et ceci sans compter la préparation des cours, les corrections des devoirs, les autres trucs à faire par ci par là… (qui a dit que les profs sont des glandeurs???) .Je n’avais vraiment pas le temps de m’ennuyer… Mais j’adorais mon boulot, et le plus d’heures je faisais, le mieux je me portais! (et oui, quand on devient prof, c’est qu’on est un passionné de son boulot!)

J’adorais aussi le fait que je me reconnaissais beaucoup chez certains de mes étudiants, attirés par les voyages et les langues étrangères. Et le fait d’être en France apportait finalement une vraie richesse dans les cours de par la diversité des nationalités présentes dans une même salle de classe. Car en 6 mois d’enseignement dans cette école, j’ai enseigné le français à des : espagnols, italiens, suisses, allemands, belges, anglais, irlandais, slovaques, polonais, russes, suédois, norvégiens, nigériens, saoudiens, kyrgys, chinois, taiwanais, japonais, indonésiens, australiens, néo-zélandais, vénézuéliens, méxicains, dominicains, américains, canadiens… et j’en ai probablement oublié. J’ai appris des tas de choses sur les pays de mes étudiants (je suis encore plus calée en géographie que je ne l’étais avant, et je me débrouillais déjà bien!)

 

Bref, tout ça pour dire que oui, il est tout à fait possible d’être prof de FLE en France, dans des écoles privées, dans des Alliances Françaises ou encore dans des associations ou des Gretas. Il est tout à fait possible d’enseigner même à des débutants car on nous apprend en Master FLE à enseigner sans utiliser la langue maternelle des étudiants. C’est un véritable échange culturel et vous apprenez des tas de choses en plus d’enseigner le français. Vous l’avez compris je crois : j’adore mon métier, et pour tout vous dire, je n’aurais pas cru qu’exercer mon métier en France me plairait autant!

Publicités

5 réflexions sur “Etre Prof de FLE en France.

  1. Hello ! Je suis moi aussi une jeune prof de FLE (pas encore diplômée à vrai dire mais tout bientôt), et j’ai déjà travaillé 6 mois en France dans le même genre d’école que toi, à Lille. Ton retour d’expérience est très positif, ça fait plaisir à lire ! Je me demandais simplement combien tu gagnais pour tes 30h de cours et si les heures en plus (activités) étaient rémunérées ? La question du salaire revient souvent quand on parle de FLE car c’est considéré comme précaire. Pour ma part, n’étant pas encore diplômée, j’étais payée 10,50E de l’heure, et les heures en plus étaient non rémunérées… très très limite donc, heureusement que j’étais encore étudiante et que je le faisais surtout pour l’expérience 😉

    Aimé par 1 personne

    • Oula je ne me souviens plus du tout combien j’étais payée à l’heure (et mes fiches de paye sont dans un carton chez ma mère en France ^^), mais je gagnais bien, même si ce n’était pas regulier… certaines prepas de cours etaient payées si elles nécessitaient énormément de recherches (comme les classes spécialisées sur un aspect de la culture française).
      C’est vrai que travailler dans le FLE en France et avoir le salaire d’un diplomé de Master est rare, mais dans mon cas je m’en sortais vraiment bien et ce fut très dur de quitter l’école (mais bon l’Australie attendait avec impatience que je revienne!!!!)

      J'aime

      • Merci pour ta réponse 🙂 ça fait plaisir de lire qu’on peut être décemment payé dans le FLE en France ! Même si ça veut dire avoir énormément de travail. Je pense que ce genre d’opportunités sont quand même rares ! Dans l’école où j’ai travaillé, le salaire pour les profs avec expérience était 13E l’heure alors ce n’est pas non plus folichon… mais ils viennent d’ouvrir, espérons que ça marche et qu’ils payent mieux leurs profs dans l’avenir 😉
        J’imagine que tu ne regrettes pas d’avoir quitté Toulouse pour retourner en Australie finalement, surtout si tu arrives à monter ta petite affaire !

        Je te souhaite bon courage pour la suite en tout cas.
        Au plaisir de te lire,

        Alexandra

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s